Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 14:43

Chrétien de Troyes (où il est né) vers 1135 est considéré comme le premier grand romancier français.Il trouve sa source d'inspiration dans la tradition celtique et les légendes bretonnes, auxquelles il confère une dimension chrétienne nouvelle, très influencée par les Chansons de geste en langue d'oïl de la fin du XIIe siècle.





 




Sa principale œuvre est celle des romans de la table ronde avec pour représentant le roi Arthur. Ce personnage, a priori principal, n'est pourtant pas au centre des quêtes qu'invente Chrétien de Troyes. A l'inverse, on y trouve des chevaliers inconnus comme Yvain ou Lancelot, dont la ligne de conduite réside dans la courtoisie. La base de ses romans est bien souvent la quête implicite du personnage vers la reconnaissance et la découverte de soi, comme vers la découverte des autres, à l'image d'une intégration à la cour et de l'amour de la reine Guenièvre.

















Le chevalier à la charrette, met en scène l’amour éminemment courtois de Lancelot, nouveau venu dans le personnel arthurien, et de la reine Guenièvre. Enlevée par Méléagant celle-ci est retrouvée et libérée par Lancelot, prêt à tous les sacrifices et à toutes les humiliations, comme la charette, pour reconquérir sa dame, dont il obtient finalement en récompense le « don de merci ». Le personnage de Lancelot, amant courtois obéit sans discuter aux caprices de la reine et l’adore à l’égal de Dieu.




























Voila certes un beau sujet de stage"livre-vivant" ! Il y a tout : le moyen-âge, la chevalerie, les tournois, la cour, l'amour courtois, des rôles de femme (pour une fois !), des combats, etc...
On avait mis le paquet, des entraînements au combat avec de grands gourdins figurant des épées d'estoc, faisaient partie des séances d'expression corporelle, de même que l'apprentissage de la marche imitant le trot d'une monture de tournoi (un gant enfilé signifiait que le personnage montait à cheval!).
Et mis le paquet aussi sur la bande son du spectacle, qui indépendamment de musiques de trouvères et troubadours traditionnels, comportait quelques passages, devant transformer le spectacle en superproduction hollywoodienne, comme ceci :
arlequin
 


                                                                   ou cela:



Mais cela ne suffisait pas à faire un spectacle. Une erreur de casting, imputable à toute l'équipe d'animation nous fit choisir pour  les héros principaux une Guenièvre, si hors du rôle, qu'on la surnommait méchamment je l'avoue, "Guemièvre", et un Lancelot qui sans avoir la prestance d'un Tyrone Power, ne tenait pas sa place, et agissait, malgré des répétitions et des répétitions, à l'inverse de ce qui lui était demandé, notamment quand sa capricieuse dulcinée lui enjoignait de combattre "au mieux", il se faisait découdre en trois coups d'épée, alors que quand elle lui réclamait "au pire", il flanquait une raclée digne d'un Kung-fu à tous les combattants en lice !
Je dois vous paraître bien sévère, mais en réalité c'est un souvenir amusant et je n'ai aucune acrimonie contre les interprètes évoqués, car c'était de notre faute exclusivement! Il y avait de belles scènes de groupe, très évocatrices
des tournois et de la chevalerie arthurienne, toujours soutenu par une musique de William Walton :

la cour et les épisodes chevaleresques :
arlequin
































les chevauchées et les combats:

arlequin


































Vous avez bien compris que je n'ai pas de photos à vous proposer, et que j'ai reconstitué une partie de la bande son avec des notes éparses. La bande originale doit encore se trouver à Olivet, si quelque téméraire veut la récupérer! Quant au texte, il est facilement trouvable en librairie chez Garnier Flammarion.Si vous n'avez pas la patience d'attendre, ce lien vous permettra de comprendre, pourquoi Lancelot est le chevalier à la charette et la force de son amour:
http://www.la-litterature.com/textes/tex_display.asp?NomTexte=ma_Lancelot

arlequin



(à suivre)
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens