Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:00
Au son des musiques de Malher et de Grieg (cf La musique de scène de Gösta Berling ) , les veillées répétitions étaient un véritable enchantement au bord de cette piscine, qui à la lumière des projecteurs, se nimbait d'une brume romantique digne du Löwen.











































































































































Vous le savez la réalité finale fut tout autre et la représentation se contenta d'un gymnase qui sous des éclairages diffus pouvait, avec beaucoup d'imagination, faire encore penser à des Veermer.
 













































































































Pour beaucoup d'entre-nous ce stage fut un véritable déclic et un moment inoubliable. Merci la commandante d'Ekeby.






fin

Repost 0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 10:00

Il n'y avait pas que des séances de travail intenses pendant le stage Gosta Berling, mais aussi de larges plages de détente, traditionnelles autour de la piscine, car le temps fut très beau pendant tout le stage sauf (Gosta sous la pluie 2 ), ou un peu plus nouvelles comme la prise du café dans la "poivrière".
 



























Nous logions au château de la Brunerie, je l'ai déjà dit, au second étage, les fenêtres en façade. Comme vous le voyez sur la photo, il y a sur le côté gauche une tour ronde qui abrite un logement pour encadrement, c'est "la poivrière". 


































































































Cet endroit sympathique qu'affectionnaient Michèlle et Jean, était donc un peu le lieu de rencontre stratégique et on n' y prenait pas que le café. Un jour, Jean Rodien devait être visité par un  Inspecteur Général Jeunesse et Sports, un certain Adeny, si je me souviens bien, normale-sup, passionné(heureusement) de théâtre qu'il décrivait comme "la prise de bec", et Jean nous avait demandé de lui faire le meilleur accueil et de ne pas le laisser tout seul a alimenter la conversation avec l'inspecteur.
Pour être alimenté, ce le fut, avec du Vat 69, que Rodien versait  avec aisance au bon inspecteur qui alternait bouffarde et verre de whisky et  ne reprit , vers les trois heures de l'après-midi, qu'un peu difficilement les escaliers de "la poivrière" pour partir, ravi "du travail de qualité accompli".












































































img046GO.jpg











































N.B. : Le jour ou j'écris cet article, j'apprends par FR3 que le Creps de Voiron risque pour des raisons économiques de fermer, suite à une décision de l'ancien ministre des Sports B.Laporte, que la ministre actuelle, R.Yade voudrait réexaminer. Affaire à suivre et pour les plus curieux :link



(à suivre)


Repost 0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 08:32

Voici, l'origine de l'expression "rire sous cape"...



























































... après des répétitions de groupe parfois difficiles, même avec les magnifiques capes en lycra,  car les deux chefs de stage Jean Rodien  et Michèlle Clergue, faisaient aussi partie de la distribution et se partageaient la mise en scène, avec parfois des conceptions variables, mais sans générer le moindre malaise pour nous tous. 











                                              
Mais il y avait aussi des discussions de mise en scène très stratégiques


























img076.jpg



























 

 

Et des leçons particulières pour Aimé (Gosta Berling) et la chanson de l'étoile ( cf Coups de coeur )

































(à suivre)

Repost 0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 07:00


Alors  on découvrit, ou redécouvrit, les affres et l'excitation des travaux de la technique. Le jeu d'orgue ne marchait pas, comme de bien entendu, la lumière de plateau se résumait à quatre projos de 500 aux ampoules fatiguées. Je m'étais offert une petite folie pour l'époque de super magnétophone stéréo, quatre pistes avec chambre de réverbération, et tout et tout, que j'avais amené en stage pour être sur d'avoir quelque chose de fiable pour travailler la bande son. Cela permit à Annie de s'initier aux joies solitaires du montage sonore, pendant que d'autres se livraient aux travaux d'aiguilles, qui souvent cassent, quand ce ne sont pas les machines à coudre qui cassent.
Bref, une belle école de débrouillardise et de créativité, ou Michèlle avait toute sa place, avec ses métrages de tissus en lycra pour maillot de bains, achetés à la tonne chez Dreyfus, au Marché Saint-Pierre, et avec lesquels furent fabriquées les capes des Cavaliers d' Ekeby.

 

 

















img033GO.jpgimg034GO.jpg





img029GO.jpg
img027GO.jpg
img037GO.jpgimg030GO.jpg








































































(à suivre)

Repost 0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 20:00

J'ai  reçu sur ma boite personnelle, c'est vrai que les commentaires sur le blog sont peu ou pas utilisés, sans doute par timidité, un mail d'un ancien regrettant que les photos du stage de Gosta Berling  ne soient pratiquement montrées, contrairement aux autres stages ou spectacles,  que sous forme de planche contact. J'ai répondu à mon interlocuteur que c'était en raison de la mauvaise qualité des copies de diapositives en ma possession que j'avais usé de ce subterfuge. J'ai depuis remis la main sur les originaux, pas plus brillants, mais que j'ai pu un peu restaurer. Je vais donc procéder à l'édition d'articles sur le stage de Gosta en diapositives, et quand ces nouvelles parutions seront terminées je supprimerai du blog les deux anciens articles intitulés "les photos souvenir, vrac1 et vrac 2".

Je vous replonge, en juillet 1973, à Voiron, en juillet, dans ce stage de réalisation.Objectif de cette quinzaine, selon la proposition de Michèlle Clergue aux stagiaires inscrits, le montage d'un "livre-vivant" d'après un roman de Selma Lagerlöff, Gösta Berling, dont bien peu d'entre nous avaient entendu parler. C'est un stage "sans encadrement" selon les propres termes de la "convocation Jeunesse et Sports", où toute l'équipe loge au château (avec clef pour la douche particulière de Jean Rodien dont il fait profiter quelques-uns), avec au réveil cette vue là:

img001GO.jpg


Il va sans dire que très vite le lieu du jeu et le principe du plein air est acquis, au bord de ce lac nordique et de ces conifères, ou plus exactement  au bord de la piscine au sein du parc de La Brunerie, dont on déjà abondamment parlé.(VOIRON, nos premiers stages )




























Il y eut donc deux espaces de travail collectif : "les buis", qui ne sentaient pas le buis, comme tout vieux gymnase, bien connu de tous, qui se respecte...

 

 

img025GO.jpg
img021GO.jpg
img031GO.jpg

...et le "lieu", qui sentait bon la forêt, mais où il fallait "porter la voix"


























































(à suivre)




Repost 0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 19:00

Pour le stage deuxième degré "réalisation" de 1973, un livre vivant tiré du roman de Selma Lagerloff fut monté. Il s'agissait de Gösta Berling et on en a déjà parlé dans quelques articles.
La musique de scène du montage avait été conçue dans la perspective d'une représentation en plein air, avec la participation du parc de la Brunerie, comme témoin ou conteur silencieux à qui la musique prêtait une voix.Les plages sont donc longues pour "installer" l'ambiance, et l'utilisation de leit-motiv tente de structurer cette histoire un peu complexe.
On a vu ce qu'il est advenu du "plein air"(cf
Gosta sous la pluie & Gosta sous la pluie 2 ), mais la musique restât la même avec son romantisme échevelé et typé comme le texte  par l'Europe du nord.
Pour la première fois, Malher et Bruckner furent utilisés. Ce fut l'unique fois pour le second. En complément et pour la couleur locale:Grieg et Sibélius et pratiquement en "bruitage " Stockhausen.

Comme à l'habitude, vous pouvez suivre les 20 numéros de la bande sur le texte lui même aux emplacements des clés de sol portant les même numéros( Gosta... encore ).
Il ne s'agit pas de la bande originale, car elle a subit des dégâts irrémédiables, mais d'un remaque remasterisé des thèmes réalisé, 30 ans après le spectacle, en 2003.

 

img003GO.jpg


arlequin






01 Ouverture (Malher)

 


02 Belles du temps jadis 1 (Grieg)


03 Les cavaliers (Mahler)


04 Le diable (Bruckner)


05 Les cavaliers-beuverie (Mahler)


06 Belles du temps jadis 2 (Grieg)


07 Les loups (Mahler)


08 Belles du temps jadis 3 (Grieg)


09 Belles du temps jadis 4 (Grieg)


10 Bal chez Julius 1 (Sibélius)


11 Bal chez Julius 2 (Sibélius)


12 Bal chez Julius 3 (Sibélius)


13 Belles du temps jadis 5 (Grieg)


14 Bal chez le bailli Scharling (Grieg)


15 Danse paysanne (Grieg)


16 Partie de cartes (Mahler)


17 A Ekeby ! (Mahler)


18 La forge (Stockhausen)


19 Mort de la commandante et Noël ( Grieg-Mahler)


20 Final (Mahler)









Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 09:47

Mesdames et messieurs les anciens combattants de juillet 1973.
Vous souvenez-vous combien vous aviez eu de difficultés à vous procurer l'oeuvre de Selma Lagerlöff, GÖSTA BERLING, selon les recommandations que nous avaient prodiguées par courrier nos chers CTP ?
Eh bien aujourd'hui, voici la version du stage, la version du spectacle, dont les photos commencent a apparaître sur le blog.

Et, cerise sur le gâteau, en supplément gratuit,ci-incluse, la distribution...

Je vous gâte trop.

 

 

 

 

Voir en plein écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 08:55
Voici la suite, mais non la fin, des photos prises par Emmanuel Machuel (pour mémoire, directeur de la photo du "Peau d'âne " de Jacques Démy).
gosta-machuel18
gosta-machuel19
gosta-machuel20
gosta-machuel22
gosta-machuel23
gosta-machuel24
gosta-machuel25
gosta-machuel26
gosta-machuel27
gosta-machuel28
gosta-machuel29
gosta-machuel30
gosta-machuel31
gosta-machuel32
gosta-machuel33
gosta-machuel34
gosta-machuel35
gosta-machuel36
gosta-machuel37









(à suivre
Repost 0
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 10:17
Un des risques d'une réalisation prévue pour le plein air est qu'il fasse beau pendant tout le stage et que la veille ou le soir du spectacle, des trombes d'eau noient le jeu d'orgue, les sièges, les câbles, les projos et rendent les praticables impraticables. C'est ce qui est arrivé en juillet 1973 à Voiron pour le stage 2ème degré:GOSTA BERLING. Nous avons du, pour la soirée, nous rabattre sur un gymnase tout imprégnés des odeurs d'activités sportives.  A la hâte, nous avons paré les fenêtres de branchages,  fabriqué des paravents de grillages avec les protections des fenêtres démontés et posé deux ou trois projecteurs survivants. Cela a quand même donné lieu à de magnifiques photos de spectacle(merci Emmanuel Machuel)

gosta-machuel01
gosta-machuel09gosta-machuel02gosta-machuel03gosta-machuel04
gosta-machuel05
gosta-machuel06
gosta-machuel08
gosta-machuel07
gosta-machuel10
gosta-machuel11
gosta-machuel12
gosta-machuel13
gosta-machuel14
gosta-machuel15
gosta-machuel16
gosta-machuel17




(à suivre)



Repost 0

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens