Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:29

        NEC-02

 

Décidément ça bouge!

Après Martine Binovsky(Drapeau) et Michel Inglot qui ont fouillé dans leurs cartons et nous ont dégoté de merveilleuses photos du spectacle des "Compagnons de Jéhu", la chaîne initiée par Robert a fait chercher dans les vieilles malles des uns et des autres. 

Après nous avoir adressé un sympathique commentaire (voir "les compagnons 30 ans après"), Maïté Monfouga, à son tour,  a livré des pépites. Cela concerne cette fois "Nec Pluribus Impar" et ce sont des photos inédites du spectacle, et de quelques moments de répétition.Je les ai un peu travaillées car elles datent maintenant et cela leur donne un côté désuet assez émouvant.Comme à l'accoutumé, un peu de musique pour accompagner tout cela, s'il vous plaît !   

       

             arlequin

 

     nec 03

        

© maïté monfouga 

    nec 04

 

 

   

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nec 05

 

nec 06

 © maïté monfouga

nec 07

 

nec 09-copie-1

 © maïté monfouga

nec 10

 © maïté monfouga

nec 11

 

nec 12

 © maïté monfouga

NEC OI

 © maïté monfouga

nec 13

 © maïté monfouga

nec 08

 

     

 

Il faut souhaiter que cela donne envie aux autres de rejoindre nos chercheurs de trésors photographiques ! On sait qu'ils sont nombreux, les timides, dans le corridor du blog : Robert les surveille et moi je les incite à rentrer et à nous déclamer leurs souvenirs, avant que nos mémoires ne les enterrent.

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

   

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:08

Bonne année à tous, lecteurs assidus ou de passage, sympathisants, jeunes et moins jeunes, et aussi à vous les silencieux et les oublieux, les anciens combattants des stages et ceux qui ne veulent pas ou plus en être!

Et puis bonne année au Blog lui même, que de nouveaux articles avec des documents inédits nous entraînent encore dans le monde de nos souvenirs et de nos échanges. Un frémissement dans les anciens stagiaires de l'I.G.H. me fait croire que nous aurons quelques belles surprises, mais chut!

Pour célébrer cette nouvelle année un cadeau de circonstance: de magnifiques gravures naïves et précises, fac-similés des originales de 1931, qui illustraient le livre de Gustave Toudouze consacré au Roy Soleil et qui sont l'oeuvre de Maurice Lenoir.

Voici  celles que j'ai sélectionnées parce qu'elles évoquent des scènes retenues et traitées différemment dans Nec Pluribus Impar, à vous de les reconnaître!

 

info042info041info043info044info045info046info047info048

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:36

robertnec018

C'est encore dans les archives Robert que nous ferons une incursion, 30 ans et 6 mois après la représentation du Siècle deLouis XIV, ou si vous préférez de Nec Pluribus Impar. On arrive donc à retrouver des documents et je suis certain que si vous vous donniez la peine de fouiller dans vos affaires, vous devriez bien avoir des photos prises par des copains ou  eux des clichés qu'ils ne vous ont peut être jamais montrés! Ça vaut le coup de renouer des relations et je sais que certains l'ont fait récemment.

Alors pour être satisfait et béat comme Robert ainsi que le montre la photo prise en cours de stage, n'hésitez plus!

 

Il y a des photos du spectacle et des portraits piqués de ci de là par un photographe inconnu, mais assez avisé car il sait bien  rendre certains caractères et certaines scènes. Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter l'ensemble avec les accompagnements musicaux d'usage, extraits de la bande son du spectacle, merci à messieurs Jean-Jacques Rousseau et Jean-Baptiste Lully.

 

 

 

 

 

 

       arlequin

 

 

 

 

 

 

 

robertnec020robertnec019

 robertnec016robertnec017

robertnec010robertnec009robertnec007robertnec008robertnec002robertnec003robertnec005robertnec006robertnec001robertnec004robertnec011robertnec013robertnec014robertnec015

 

 

 

         arlequin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

Repost 0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 16:39

On devrait en permanence remettre l'ouvrage sur le métier. J'aurais aimé en 1980 connaître l'anecdote de Louvois dont je n'ai eu connaissance qu'au début du XXIème siècle. Je ne peux résister au plaisir de vous la raconter.

 arlequin    

 

 

En 1670, le Roi Louis XIV, décide de faire construire pour ses soldats estropiés par ses guerres à répétition, un hospice et un hôpital qui s'appelle aujourd'hui l'Hôtel des Invalides.Le bâtiment à l'époque est une sorte de caserne pour éclopés qui vivent, pour les hommes de troupe, sous les combles dans des chambrées, surchauffées l'été, glaciales l'hiver, et déjeunent dans d'immenses réfectoires sous le regard d'immenses tableaux, signés Parocel, à la gloire militaire du Roi. Le tout administré avec une discipline militaire des plus dures, où les punis sont assis, au pain sec, au milieu de la salle, sous le regard de centaines d'affamés qui eux bénéficient d'une soupe chaude. Le régime des officiers était on s'en doute, plus luxueux.

Mais c'était une merveille sociale pour l'époque et bon nombre de pays

d' Europe copièrent assez vite l'initiative.

C'est Louvois, alors secrétaire d'État à la guerre (c'est une affaire de famille, puisqu'il est le fils de Le Tellier, ancien ministre de la guerre),louvois qui est chargé de la construction.Il choisit comme architecte Libéral Bruant, renommé pour son sale caractère et son talent, et qui de nos jours est considéré comme un maître du style classique français.

Libéral Bruant ne finira pas la construction en forme de palais de l'Escurial, et notamment le fameux dôme. C'est un de ses élèves, parmi les plus doués, Jules Hardouin Mansart (petit neveu de François Mansart le célèbre architecte) qui terminera la merveille. Aujourd'hui libéral-bruant l'Hotel des Invalides, abrite, entre autre, le  splendide  Musée de l'armée, totalement rénové, le musée des plans reliefs, diverses institutions militaires officielles et moins officielles, hardouin-mansartainsi que les restes d'un hospice militaire qui n'admet plus de nouveaux pensionnaires, mais est assorti d'un hôpital des plus compétents et modernes de France, dont on sait pas qu'il est ouvert à tous, civils ou militaires.

On y pénètre quand on vient de la Seine, par la magnifique cour d'honneur pavée, entourée d'une colonnade à étage qui en fait une magnifique chambre à écho.

Les toits des bâtiments qui encadrent la cour, sont percés d'oeils de boeuf, seule aération des chambrées, dont chacun est orné d'une sculpture originale.

Et c'est là, qu'est l'humour et la charade.

L'une de ces sculptures est surmontée d'un loup qui surveille la cour : hommage discret de Bruant à son maître d'ouvrage, pour ne faire ni ombrage, ni  engendrer de jalousie, le loup supervise,voit... La cour, le LOUVOIS!

Photo 009Photo 006Photo 011.1

Photos Coll. Marc Donville

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aurai bientôt l'occasion de vous parler des Invalides dans un nouvel article de la série : Influences.

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 08:54

  Voici donc comme promis, la collection complète des diapositives qui ont été utilisées pendant le spectacle du 7 juin 1981, soit en projection simple, soit pour servir à une inclusion de personnage.

A partir du moment où le concept général du décor et des costumes a été celui de la couleur blanche (voir les articles consacrés à ce sujet), l'ensemble de la scène devenait un immense écran de projection y compris le corps des acteurs. Les moyens de l'époque ne bénéficiaient pas de technique informatique, mais nous avions un très bon matériel de projection avec panier rotatif et un super objectif pour des images de grande envergure.

Pourquoi des projections ? Je vais vous le dire (pour parodier quelqu'un de célèbre). Sans doute, tout d'abord, pour faire un petit sacrifice à la mode de mise-en-scène de l'époque. Sans doute aussi pour des raisons pratiques, comme de suppléer des scènes batailles, un feux d'artifice etc..: bref  les effets classiques  d'une production riche (ce qu'elle était, vous vous en doutez, loin d'être,même si pour une fois il y avait plus de deux projecteurs de 500w!).

Également un usage de soutien du jeu des acteurs, et/ou de passage de texte difficile en évitant un décrochage du spectateur. Également, aussi, pour des raisons techniques, en permettant une pause aux acteurs ou le déplacement de quelques éléments de décor. Enfin et surtout, parce que j'en avais envie et ceci seul, je suppose, me dispense d'en dire plus long (merci Agamemnon !).

 

 

Donc, la bonne soixantaine de diapositives,  dont certaines sont  extraites de toute la collection que vous avec pu voir dans les six articles consacrés aux recherches iconographiques de Nec Pluribus Impar, se présente à vous. Prenez votre texte si vous voulez suivre, car chaque séquence, présentée chronologiquement, est précédée d'un titre de présentation et de l'indication de sa localisation dans le spectacle ( éléments rajoutés pour ce blog sur les caches noirs de projection).

Naturellement quand des musiques du spectacle correspondaient à la projection elles ont  été rajoutées.

 

Alors Musique! Les stagiaires sont avec vous en toile de fond.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin

 

projections-nec001projections-nec002projections-nec003projections-nec004projections-nec005projections-nec006projections-nec007projections-nec008projections-nec009projections-nec010projections-nec011projections-nec012projections-nec013projections-nec014projections-nec015projections-nec016projections-nec017projections-nec018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

projections-nec019

projections-nec064

Huguette Tissier, soeur de Port-Royal, en "inclusion"

 img073.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin 

 

 

 

 

 

projections-nec021projections-nec022

 projections-nec023

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin

 

 

projections-nec024projections-nec025projections-nec026projections-nec027projections-nec028projections-nec029projections-nec030projections-nec031projections-nec032projections-nec033projections-nec034

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

projections-nec035 

projections-nec036projections-nec037projections-nec038projections-nec039projections-nec040projections-nec041

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin

 

 

projections-nec042projections-nec043projections-nec044projections-nec045projections-nec047projections-nec048projections-nec049projections-nec050projections-nec051

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

projections-nec052projections-nec053

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin

 

 

projections-nec054

projections-nec055-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arlequin

 

 

projections-nec056projections-nec057projections-nec058projections-nec059

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

projections-nec060projections-nec061

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

projections-nec062projections-nec063

 

 

arlequin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 masque-eam5bleu-clair.jpg

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 08:30
  Voici donc les personnages masculins de l'Histoire qui sont aussi ceux de l'histoire de Nec Pluribus Impar. A la manière de Sacha Guitry (cela sera la seule comparaison possible) je vais vous les présenter ainsi que les stagiaires qui les ont interprétés.
Louis COEGNARTdonnait vie à sept d'entre eux et pas des moindres : Molière bien sur, Mezeray, La Reynie, Roland (pas celui de Montrevel), Saint-Simon, La Bruyére et un Chambellan.
Bossuet, Bourdaloue, d'Espy, Racine, Chapelain, Duparc et un intendant étaient confiés au talent de Jacques MAILLET.
C'est à la fougue de Patrice CHATRY, que l'on doit d'avoir reconnu Messieurs Colbert, La Rochefoucault, Lauzun, Lagrange, David, un intendant et un chambellan.
La Fontaine, Saint-Mars, Le Vau, Caussade, Turenne, d'Artagnan, Baron, cuisinier, valet, paysan, tels étaient les portraits variés que nous dépeignit François NOYER;
Michel D'ASPE croqua avec aisance  Fouquet et  Le Nôtre, en n'omettant pas  Boileau, Monsieur le frère du Roi, Agesilas, Fénelon et, sans cela j'en passe, Cléante et Marvejols                                                 

Avec ses neufs visages, Alain SARFATI, tour à tour fut  La Thorillière, un valet, un intendant, un chambellan, Corneille, Primi Visconti, Massillon, et Louvois, singulier personnage.                                                   

                                               

Dans cette galerie de tableaux, les voici, ainsi que ceux dont ils manipulèrent le destin. Que grâce leur soit donc rendue avec les fanfares de monsieur Philidor 

 

 

 

 

arlequin

 

 

 

 

 

 

 

02-colbert03-corneille
04-boileau09-turenne100-louvois101-le-vau107-lareynie110-bossuet111-lenotre113-lebrun114-lully12-inconnu-militaire--malbo135-delalande13-corneille-2141-mansart147-bossuet14-inconnu-militaire-217-vauban20-inconnu-22129736francois-eudes-de-mezeray-jpg25-racine31-colbert446px-Philippe1erOrleans E
arlequin
Antoine-caumont-de-lauzunboileaubourdalouechamillartCharles de Berrycharles perraultcondéd'artagnanfouquet3grand dauphinJean Chapelainla bruyerela rochefoucaultmassillonmazarinMoliere2monsieurmouretphilidorpierre corneillePhilippe1erOrleans Dsaint marssaint-simonvaubanvillarsla fontaine-copie-1
masque-eam5bleu-clair.jpg
Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 18:00

 Le Vau-Rabonle-notrecolbert

 

Colbert                       Versailles ! Toujours Versailles ! Comment peut-on s’enticher de ce marais insalubre, foisonnant de moustiques ! J’ai lu vos mémoires, messieurs, ils sont affolants ! Vous me demandez un renfort de 330 terrassiers ordinaires, 53 tailleurs de pierres, 55 limousins et maçons de plâtre, 94 jardiniers…

 

Le Nôtre                     …Nous utilisons beaucoup l’armée, la garde suisse et deux régiments de sapeurs pour détourner le cours de l’Eure, afin d’amener l’eau aux bassins, mais cela est insuffisant !

 

Colbert                       Le nombre de morts dans cette entreprise de pharaon est lui, suffisant !Une guerre sans dentelle et contre la nature ! Je ne parle pas  des fournisseurs : miroitiers, ébénistes, tapissiers. Car le Roi veut que toute la demeure soit chauffée et éclairée!

Comme si les invités ne pouvaient amener leurs bûches et leurs chandelles ! Bientôt il faudra les nourrir !

 

Le Vau                        J’ai ici un relevé des dépenses des deux dernières années écoulées : Cela se monte à 1.500.000 livres, auxquelles il faudra en ajouter autant pour les deux années à venir !

 

Colbert                       La France paiera Versailles avec son sang. C’est le prix de son amour envers son souverain.

 

 

 Acte II scène 2

 

 J'ai prêté à Colbert ce que je pense de Versailles. Il y a ajouté les préoccupations d'un grand argentier. C'était "la ferme célébrités" avant l'heure. Rendus serviles par le fait d'appartenir à une classe d'élus, les courtisans de cette époque "bling-bling" acceptaient de camper dans des chambres dont on ne voudrait même pas comme chambre d'étudiant de nos jours. Et tout ça pour voir et surtout être vus, reconnus, que l'on sache qu'on avaient été aperçus dans l'ombre du monarque, que ce dernier avait, du moins le croyaient t -'on, fait un geste à leur adresse (en réalité le roi avait du s'éventer avec un mouchoir de dentelle ou bien cligné des yeux ).Les stagiaires de Nec Pluribus Impar avaient été très choqués qu'en jeu je transforme les courtisans en chiens de meute du roi, je regrette de ne pas leur en avoir fait faire plus dans la servilité et pousser jusqu'à la caricature le grotesque de cette noblesse. 

La France d'en haut, habitait un des plus bel endroit du monde et elle ne regardait rien d'autre qu'un homme en mendiant sa présence! Alors tant pis pour eux. Nous profiterons de Versailles à leur place. Je vous emmène, et en musique.

C'est gratuit et vous êtes libre de partir quand vous le voulez!

 

 

 

arlequin

 

 

 

 

 

207-allégorie5130-gravure-versailles130-gravure-versailles228-versailles129-versailles283-versailles884-versailles985-versailles1086-versailles1190-versailles1591-versailles1696-versailles2194-versailles1931-versailles389-versailles1493-versailles1887-versailles1232-versailles430-lit-du-roi34-louis-place-des-victoire93-versailles1736-versailles6

106-la-cour23--louis-497-serment211-chasse

 

 

 

 

 

 

 

 masque-eam5bleu-clair.jpg

   (à suivre)

 

Repost 0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 07:40

Voici donc les personnages féminins de l'Histoire. Pour une fois il y avait beaucoup de rôles féminins dans cette pièce montée en stage. Des personnages variés de servantes, soubrettes, comédiennes, paysannes, allégories, mais aussi des reines, des princesses, des duchesses, des marquises, des comtesses, sans compter toutes les figurations sans texte, dans le cadre de jeux corporels de groupe.

Je vous remémore, ou indique, si vous n'avez encore lu la pièce (ce n'est pas bien!) les personnages féminins de la distribution:

 

Madame de Maintenon, Chœur de la renommée 1,  Armande,Religieuse,

La GrandeMademoiselle, Femme, Madame de La Sablière, Esther, Femme, 

Madame de Montespan, Toinette, Palmis, Chœur de la renommée 4, Caylus,

Marie-Thérèse, De Brémont,  Femme, Marie Mancini , Chœur de la renommée 2, Madeleine, Femme, Paysanne 1, Choeur de la renommée 3, Angélique, Dorine, Fanchon, LaDuparc, Femme, Louisette, Asuerus, Coulanges, De Brie, La Voisin, De Sablé, Henriette, Anne d’Autriche, De Motteville, Femme, La Vallière,

Paysanne 2, Femme, Princesse Palatine, Femme, De Sévigné, De Monaco,  

 

 

Est-ce que, parmi tous les portraits qui suivent, celles qui leur ont prêté visage:

      

ISABELLE HERVIEU,                            

MAÏTE MONFOUGA,                                                                    

ANNE BASSELET, 

DOMINIQUE LESAGE,     

CLAUDE   MOREN,                                                                                              

HUGUETTE TISSIER,                                         

SYLVIANE BOUCHET,                                                                          

LORENCE LABROSSE,                                      

ANITA  NARDEAU,                                                                              

MARTINE DRAPEAU,                               

ANNE-MARIE IZOULET,                 

JOËLLE  VANNOTTI ,

 

se reconnaissent ?

Regardons toutes ces belles en compagnie musicale de Monsieur Couperin.

 

 

 

 

arlequin

 

 

 

 

08--infante102-lavallière109306-Portrait-of-Marie-Anne-Mancini-circa-1670-Posters138-palatine

                                  

 

15-madame-de-maintenon16-inconnueanne d'autriche AnneMarieLouiseMontpensier02                                                                                                           

 

 

 

 

                                                                         armande-bejartDuParcde coulangesgrande mademoiselle                           

 

 

 

 

                                                      lafayette mme  

 

 

 

 

 

arlequin

 

 

 

  La voisin                                                           

 LOUISE~1l xiv et anne d'autriche

 

madameMadame de Sable       

                                                                                                                                                                  

 madeleine bejartMarie Therese AutricheMlle-de-BrieMlle-Du-Parcmottevillesévignéy1p2KwrUux3ANDIT79dLSXSy70Pt6w5Yf5Gp5ySvM9bFL03tJ2hYYOgVnGu

Montespan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

 

 

 

 

 

 (à suivre)

 

 

Repost 0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 08:00
Nec Pluribus Impar (la pièce) ne respecte pas les trois règles du théâtre classique.
Il n'y a pas d'unité de lieu, les évènements se passant à la Cour, à Vaux, sur les champs de bataille, dans la campagne cévenole, à Pignerol, à Paris, etc...
Il n'y a pas non plus d'unité de temps, car elle débute  le 2 août 1661, quelques semaines avant que le roi Louis XIV, qui n'a pas 23 ans, prenne le pouvoir accaparé par sa mère et Mazarin, pour s'achever le 2 septembre 1715, avec la mort du roi qui n'a pas, de peu, fêté ses 77 ans et ses 54 ans de règne, donc de durée de l'histoire.
Il n'a pas non plus d'unité d'action, car les narratifs, bien pratiques et factices du théâtre du XVII ème siècle, sont remplacés par les faits  joués en direct le plus souvent. Sauf à considérer que le fil conducteur qui est le règne du roi constitue une unité d'action, ce que je pense aujourd'hui, car le reste n'est qu'un assemblage d'épiphénomènes autour de l'évolution du règne.
 
Ce roi, qui fait durer la pièce 54 ans, n'est pas physiquement en scène. Il est évoqué, invoqué, toujours présent en toile de fond, mais jamais visible. Comment faire jouer un tel rôle à un comédien surtout amateur ? Comment faire vieillir sans ridiculiser un personnage de 54 ans en deux heures? Comment faire parler le souverain, exception faite de la voix off qui semble répondre aux commentaires de la cour et du peuple devant son catafalque, sans tomber dans l'allégorie historique permanente ou en inventant des propos, peut-être conformes à ce que l'on sait du personnage, mais qui feraient perdre de son mystère?
 
Il y a un moment où un auteur doit savoir mettre en jeu le silence pour préserver l'aura. Et puis, ô suspense tout le monde attend qu'il entre, surtout quand les chambellans l'annoncent. Mais c'est un "schwarz" (un noir de théâtre) qui s'installe à la place!
 
Alors pour ceux qui seraient frustrés de cette absence, voici une belle galerie de portraits en tous âges et toutes situations,fruit de recherches iconographiques, qui ont servi à cerner le personnage pour faire parler de lui. Mais était-ce bien nécessaire ?
 
 
 
Le Roi !
 
 
 
 
 
arlequin
 
 
104-louis7119-louis8121-louis9126-louis13137-louis1516-louis35-louis5louis xiv431px-Louis XIV - Charles le BrunAND45A~1Anonyme, Louis XIV, roi de France et de Navarre (1638-1715)Anonyme, Portrait de Louis XIVJean Nocret, Louis XIV, roi de France et de Navarr-copie-1La Palatine-Louis XIVLodewijk XIV-MarriageLouis%20XIV%20enfantLouis xiv Maastrichtlouis XIVTlouis xivLouis XIV

LOUIS

502px-Louis-xiv-lebrunl

129-louis14

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
masque-eam5bleu-clair.jpg
 
(à suivre)
Repost 0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 11:10
Imaginez aujourd'hui, un ministre de la république qui serait bénéficiaire d' un logement de fonction qu'il aurait fait aménager avec les deniers de l'Etat, ayant la possibilité d'avoir accès aux finances publiques  puisqu'il  en est  le responsable et qui ferait travailler, "au black", les bâtiments historiques pour l'entretien et la gestion de l'ensemble de sa propriété, le service des domaines et le mobilier national !
C'est impensable bien sur, et si cela était la sanction serait exemplaire.La prison à vie pour le moins.
C'est de cela que Nicolas Fouquet, surintendant des finances fut officiellement accusé à l'issue des fêtes somptueuses qu'il donna en l'honneur (j'allais dire du président de la république), du jeune Roi Louis XIV.
Une fois arrêté et conduit par d'Artagnan à la forteresse piémontaise de Pignerol, il y fut quasiment oublié, sans procès, car cela aurait peut-être fait des vagues si d'éventuels complices haut placés, également bénéficiaires des louis de la couronne, avaient été dénoncés, voire seulement suspectés 
( là encore, c'est inconcevable de nos jours !).
Quoi qu'il en soit, moi, je dis merci à Nicolas Fouquet d'avoir su dépenser l'argent, qui peut être ne lui appartenaient pas, pour faire construire et aménager cette merveille qu'est Vaux le Vicomte.
Merci aussi d'avoir découvert le talent, ou d'avoir donné à Mansart, Le Nôtre, Le Brun, Le Vau, les moyens de s'exprimer et ainsi d'apporter la preuve vivante de leur génie et faire décider ultérieurement des splendeurs de Versailles.
Merci aussi à monsieur Fouquet d'avoir hébergé en toute amitié Monsieur La Fontaine, qui a pu créer de si belles choses dans la paix des jardins, le charme des perspectives et le calme des charmilles.
Faisons avec eux, le tour du propriétaire, car si l'on comprend bien l'Histoire, Vaux, c'est un peu à nous... 
 
 
arlequin
 
 

 

 

 

 

 

 

112-lafontaine

 

 

 

 
 

Tous les sens furent enchantés

Et le régal eut des beautés

 Dignes du lieu, digne du maître

Et digne de leurs majestés

Si quelque chose pouvait l’être !

         

  Acte I scène 3  

                        

 
142-gravure-vaux39-vaux337-vaux138-vaux241-vaux549-vaux1356-vaux1557-vaux1658-vaux1759-vaux1860-vaux2061-vaux21
arlequin
71-vaux31
68-vaux2867-vaux2766-vaux2664-vaux2469-vaux2943-vaux744-vaux845-vaux947-vaux1148-vaux12139-fouquet75-vaux3574-vaux3473-vaux3376-vaux3677-vaux3778-vaux3881-vaux4180-vaux4079-vaux39
Vaux16102008-05
masque-eam5bleu-clair.jpg
  ( à suivre)
Repost 0

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens