Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 09:10

Sur une idée de Christian Gilles.

 

Qu'est-ce qui fait, qu'après une journée de stage, où rien n'a marché: les projecteurs attendus se sont révelés être des quinquets, les stagiaires se sont disloqués , l'encadrement à eu un coup de mou, le planning n'a pas été respecté, les problèmes administratifs s'en sont mêlés, on s'engueule, on ne croit plus à rien et surtout plus à l'aboutissement d'une réalisation que l'on a entreprise, comme d'habitude, avec rien, avec des stagiaires ébahis par le travail réclamé, des assistants qui doutent d'eux mêmes et cette désagréable impression que l'on régresse, que l'on patine, que l'on va se noyer dans la merde,

Qu'est ce qui fait, qu'après un repas collectif avalé sans gaieté sous le regard unanime des stagiaires qui guettent notre coup de blues pour conforter le leur, 

Qu'est ce qui fait, qu'après une décision collégiale de reprise en main pour tout : ateliers techniques, mise en scène, répétitions, diction, expression corporelle,

Qu'est ce qui fait, qu'après avoir pris la décision de casser les "faux meneurs" qui ralentissent le groupe en les mettant en situation d'être détrônés de leur rang de petit chef par devant leurs camarades,

Qu'est ce qui fait, que tout devient alors divin, que l'on s'aime à nouveau, que l'on y croit encore plus que jamais, et l'on redevient audacieux plus qu'hier ?

 

C'est la magie des veillées.

 

Veillée, instant intemporel, où tout semble être redevenu normal, où tous les désagréments du jour s'estompent, où les répétitions de l'après-midi ont miraculeusement mûri pour donner corps à quelque chose qui laisse passer l'émotion, qui impose le silence, qui attire les larmes au coin des yeux.

 

C'est la magie des veillées, où les filles engarçonnées ont mis des jupes pour trouver les mouvements de scène des femmes, où les fumeurs sont discrets, où les bavards relisent leurs textes dans la pénombre que les projecteurs ont créé en délimitant l'espace de jeu, tandis que les plus coquets finissent la couture de leur ourlet de costume de scène.

 

C'est la magie des veillées, qui fait que tout le monde y croit, que tous les stagiaires se prennent pour Molière et voudraient jouer à la place de celui qui à la chance d'être dans les rayons lumineux, sous la conduite des metteurs en scène qui ont assourdi leur timbre de voix pour donner plus de solennité et d'ampleur à leurs indications dans ce silence quasi sépulcral.

 

C'est la magie des veillées, qui fait que le temps ne compte plus et que minuit  bientôt atteint, tous, avec leur visage apaisé, souriant et ravinné de fatigue, se quittent en s'embrassant et se souhaitant des "bonne nuit" fraternels, alors même que l'on aurait voulu qu'elle ne finisse jamais cette nuit.

...Qu'elle ne finisse jamais.

002001003004005006012008009014010013015016011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens