Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 08:00

Je me fais plaisir.
Coup de coeur triple aujourd'hui.
Pour compléter la première série de scénographie, voici ce que j'aurais pu montrer aux stagiaires mais sans doute pas sous cette forme.































La comédie française, bel exemple de salle classique, sa scène avec machineries, ascenseurs, cintres, coulisses, sa salle avec son orchestre, son parterre, ses balcons et son poulailler, dont vous devinez l'origine de ces noms. Ce sera pendant de nombreuses décennies le modèle de salle. 

Pour moi, des émotions de théâtre (le Bourgeois Gentilhomme avec Louis Seigner, entre autres) et une pensée émue pour mon grand-oncle, René Alexandre et ma grand-tante, Louise-Gabrielle Robinne, tous deux pensionnaires de la comédie française, il y a bien longtemps,entre les deux guerres. 


































Est-ce d'eux que je tiens le virus ? Ou de ma grand-mère maternelle, leur belle-soeur, qui la première m'a fait découvrir une salle de théâtre classique, avec ses sièges rouges poussiéreux, la résonnance des pas des ouvreuses sur le plancher de bois recouvert d'une moquette cramoisie, le rideau impressionnant  avec ses peintures allégoriques sur velours grenat - j'avais une dizaine d'années - et la fosse d'orchestre mystérieuse !
C'était à Alger: l'Opéra, qui m'a fait vivre, des jeudis après-midi durant, nombre d'opérettes du répertoire, aux mises en scène flamboyantes, que les troupes locales et métropolitaines y donnaient.





















Pour Michèlle Clergue, il y avait
  le pendant à Oran :




















Et pour Jean Rodien, je continue mon coup de coeur, il y a eu, entre autres, le Cargo, la maison de la culture de Grenoble, aujourd'hui MC2 depuis la rénovation de 2004, que j'ai vue construire pour les J.O de 1968... 


























...  et qui abritait la Comédie des Alpes, chère à nos coeurs.
La maison de la culture, était  considérée comme l'aboutissement, pour l'époque, de la scénographie, avec son théâtre  en rond et son anneau de scène tournant signé Woginsky.
La boucle est bouclée... Ou pas!   

































































Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens