Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 13:00

Une prémisse est une proposition, considérée comme évidente par elle-même ou démontrée dans un autre raisonnement, à partir de laquelle on déduit une conclusion. Dans un syllogisme, les deux premières prémisses s'appellent la majeure et la mineure.

L'une des prémisses les plus célèbres dans l'histoire de la philosophie est l'immanentisme, système présenté notamment par Spinoza."

Bien, après avoir fait le savant, considérons que ce que nous appellerons ici prémisses sont les faits antérieurs, les balbutiements qui ont précédé notre formation au travail théâtral, et qui ont conduit à tout ce que ce blog raconte.
Pour commencer cette série qui peut être longue, tant chacun à ses propres prémisses, voici la première partie qui s'intitule le théâtre au lycée.
Elle concerne pour le cercle "voironnais" au moins trois d'entre nous, du moins parmi les vivants.
jonneaux-lelandais     Deux hommes  en sont à l'origine.
Pierre Jonneaux (à droite) et André Lelandais (à gauche), respectivement professeur de français et de latin et Surveillant général  à Annecy et pour ce qui concerne le sujet, directeurs et metteurs en scène du groupe d'art dramatique du lycée Berthollet : le G.A.D.L.B.  
J'avais décidé de m'inscrire  à cette  activité, non pas pour jouer mais pour créer les décors et les costumes. Très vite devant le manque d'effectif j'acceptais aussi de faire partie de la troupe des "comédiens", mais pour jouer quoi ? 
Les projets furent nombreux et souvent abandonnés en cours de route parce que les effectifs étaient  assez fluctuants au départ (la troupe avait un an en 1964), et assez fantaisistes, certains ne venant que pour la compagnie féminine, car la troupe, grâce aux classes terminales était mixte. L'Apollon de Bellac passat ainsi à la trappe et le choix se portât sur trois petites pièces en un acte : un Molière (!) "Le Mariage forcé", un Labiche "La Main leste" et un un Marivaux "L'Epreuve". 
Pour ce qui concerne les décors j'avais prévu une structure de bois permanente, permettant l'accrochage de panneaux réversibles pour passer du XIXe au XVIe siècle! Le Molière était le parent pauvre car le décor de la première pièce: le Marivaux était déja en place et recouvert de pendrillons divers qui se retiraient assez rapidement et constituaient le décor intemporel du Mariage Forcé.
décors-1
décors-2

décors-3

Il en fut de même pour les costumes, alors que Labiche et  Musset bénéficiait de costumes de location d'époque (à Genève, je crois), Molière devait être joué en costumes modernes...
Grande fut ma frustration alors! et j'abandonnais la "création de costumes" que j'avais amorcée avec "l'Epreuve"...
                                                                         
costumes-marivaux


ma satisfaction en ce domaine se résumant à ce que les costumes loués ressemblent assez à ceux que j'avais dessinés...

epreuve-1
epreuve-2
epreuve-3
main-leste-1
main-leste-2
main-leste-3
main-leste-4


Le changement de décors était facilité par la présence pendant le spectacle d'un quartet de jazz du Lycée qui occupait le temps et donnait une note particulière à l'ensemble.
mariage-forcé-4

mariage-forcé-3
mariage-forcé-2

mariage-forcé-1


Avec le recul, la composition et l'origine des élèves s'avère un bel outil de mémoire, même si elle apparait dans le programme comme très "académique"!


programme-1965--couv

programme-1965



















masque-eam5bleu-clair.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

andré lelandais 27/02/2011 19:11



Au hasard des pérégrinations internautiques, j'ai retrouvé bien d'anciens souvenirs via ton blog, et retrouvé une certaine jeunesse en voyant mon portrait datant des premières années du GADLB
avec l'ami Jonneaux! Après bien des années, je me considère comme un simple initiateur, et suis heureux d'avoir pu contribuer un peu au developpement du théâtre notamment au lycée. J'ai
d'ailleurs encore quelques photos de l'époque, si ça t'interesse...


Pour ma part, je n'ai pu à mon grand regret poursuivre l'aventure au lycée Joffre à Montpellier, un autre groupe existant déjà, méprisant ma qualité de CPE... J'ai pu tout de même organiser des
fêtes de fin d'année théâtrales avec les enfants des enseignants et l'aide de mon épouse pour les costumes, et j'ai même dû à l'occasion créer des pièces nées de ma modeste plume!


En retraite à Montbazin (34) où je réside actuellement, j'ai dirigé pendant quelques années le groupe de théâtre de la MJC jusqu'en 1994, laissant à d'autres le soin de continuer.


bravo Marc pour tous ces bons souvenirs et pour ton enthousiasme théâtral et musical, entre autres!


André Lelandais (en retraite depuis bientôt 21 ans!)



marcusimpar 01/03/2011 17:50



Merci André de cette reprise de contact aussi inattendue que sympathique! Je t'écrirai depuis ma boite perso


Bien à toi


M



Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens