Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 08:33

Nous en étions restés à l'apparition ... ci dessus! Ce n'est pas le club des tongs, mais c'est une indication. Regardez le décor tout d'abord:dans le fond, de part et d'autre des personnages:des espaliers. Nous sommes dans la salle de gymnastique du CREPS. C'est là, que pour nous, tout le travail collectif va se faire, tout au long de ces journées intenses:les exercices de rythme au tambourin, la relaxation, l'expression corporelle, la diction, le Yoga, les veillées, quand il pleuvait l'histoire du théâtre et l'écoute forcée !
Écoute forcée, quel mot barbare pour désigner une écoute collective et attentive de musique:c'est à cela que servent les deux valises foncées que vous voyez sur la photo à droite:l'une contient la platine de l'électrophone et l'autre les deux baffles en couvercles réciproques, ainsi que "le pinceau" pour la poussière du microsillon : pinceau aussi gros qu'une brosse à rechampi !




Les personnages maintenant.







Commençons par celui de
droite : Yvon ACHARD.
C'est le maître de Yoga, discipline
toute nouvelle pour la plupart d'entre nous, et qui concluait la fin d'après-midi en nous laissant après dans une douce torpeur.
Notez les lunettes noires, nous sommes pourtant à l'intérieur, et l'individu porte ordinairement des verres correcteurs.
Notez aussi, que des quatre personnages c'est celui qui doit avoir les fesses les plus fragiles, car il a rajouté un tapis de gymnastique sur sa chaise.


En réalité nous découvrirons très vite toute la richesse et la culture un peu transversale d'Yvon. Son côté médiateur et son côté déconneur quand il le fallait!



















A côté  de Yvon, CLERGUE Michèlle    
(avec deux "l" comme son saint patron).
CTP(Conseiller Technique et Pédagogique)National.
Ici elle n'est pas sur ses terres, et donc occupe le poste de numéro deux de l'encadrement. Ses talents : l'histoire du théâtre, la mise en scène, le jeu dramatique (elle a joué l'Avare en Avignon dans la troupe de Jean Vilar), la respiration, la technesthésie, le livre-vivant, la créativité, la réactivité, la gentillesse, la fermeté, l'humour....
Oranaise bon teint, elle est capable de caprices délirants, mais n'est-ce pas déjà ou encore un jeu théâtral ? J'ai fait avec Michelle, comme stagiaire tout d'abord, puis comme assistant par la suite,12 stages d'art dramatique, dont beaucoup de réalisations. Cela a été 7 ans de bonheur.

























Ce personnage, qui a l'époque était VORON-ENCADREMENT-copie-2

fumeur(cf la boite de conserve devant lui)

à l'air ahuri et plein d'aménité, c'est le chef de stage : Jean RODIEN.
CTP régional, et par ailleurs comédien, membre de la comédie des alpes.
C'est celui qui "pénètre avec des chaussons dans le coeur des stagiaires", selon son expression. Passionné, perfectionniste, humaniste, rigoureux, c'est le pédagogue du stage, le patron de la diction (voir Les vrais exercice de diction  ),
le monsieur loyal du tambourin pour les exercices de rythme et le maestro de l'écoute forcée.
Qui  est passé par ses mains se souvient, de son rire reniflé, du claquement de ses tongs, de ses éclats de voix à faire trembler les vitres, de ses commentaires éthiques et humains, de ses histoires de corps de garde, de ses imitations, de son Brouilly et de tout ce qu'il a apporté à chacun de nous dans le
plus profond de notre être.
 





Jean Rodien est pied-noir comme Michelle et comme moi. Il a commencé
le théâtre et l'éducation populaire
l'année ou je suis né : cela crée des liens
voir à cet égard l'excellent site de Bernard Vernis:
 link



                                                                                                                               



Le quatrième personnage, à la mine
sévère, la tenue anachronique pour le lieu, nonobstant les tongs, avec sa petite serviette de cuir, n'est pas un inspecteur, en mission, mais Camille ROUVIERE.

Il n'a aucune compétence pédagogique particulière, je ne me souviens même plus de ce qu'il faisait, mais j'ai gardé mémoire qu'il habitait la Drôme, où "dans le civil" il était imprimeur, qu'il était chahuté par Yvon et qu'il répondait, en rougissant à toute les plaisanteries les plus salaces, par une molle protestation d'une voix zézeillante.
C'était un garçon charmant, figurant intelligent, en fait, le premier assistant d'une longue série de cooptés au sein des stagiaires.



















(à suivre)


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens