Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:50

 

Michelle Magrou, par Viviane FinesMichelle Magrou

 

 

 

 

 

 

Michelle Magrou, qui de vous se souvient d’elle ?

Peut-être ceux qui ont fait le stage de "l’Ile" sur la péniche, elle y était responsable des costumes, et  les anciens étudiants de l’IGH, où elle a fait de nombreuses interventions en arts plastiques.

 A partir de 1975, elle a beaucoup travaillé aux Ateliers du Théâtre pour les costumes et les éléments de décor. J’ai pu alors apprécier  son humour, sa finesse, sa grande culture, et nous sommes  devenues amies ; mais pour éviter le ton hagiographique, c’est à travers son travail, théâtre et peinture, que je veux  l’évoquer.  Je commence par le théâtre et  par les conseils techniques qu’elle m’a donnés pour réaliser des costumes.

Quand elle a décidé de se consacrer entièrement à la peinture,  Michelle  m’a dispensé  une formation express  et sur le tas à l’occasion de mes deux premières mises-en-scène. J’ai  eu l’impression d’apprendre beaucoup en peu de temps, et je voudrais partager cet héritage avec vous.

 

Règles techniques: illustrées par les maquettes de Michelle pour le Théâtre ambulant Chopalovitch, de Lioubomir Simovitch 

 

-Se faire raconter la pièce par le metteur-en-scène, afin d’accorder le travail du costumier avec le sien.

-Choisir une palette de couleurs, correspondant à la tonalité générale de la pièce et à chacun des personnages.

-Dessiner  les maquettes.

chopalovitch 024 

 

Les formes doivent être très visibles, soulignées. L’un des maîtres de Michelle,  André Acquard, doublait tous ses costumes de mousse pour accuser les formes et les volumes. « Il faut travailler pour le dernier rang des spectateurs ».

 

chopalovitch 025  chopalovitch 027

-Choisir les tissus ; exclure absolument le brillant, car on doit anticiper sur l’effet des  éclairages, qui rendront les tissus brillants très clinquants ; de même éviter le blanc trop blanc, et les matières trop lisses qui font «flaque » sous les projecteurs. En revanche les lainages (e.g. les jupes des femmes faites avec des couvertures CREPS en photos dans ce blog dans les articles sur Gosta Berling) attrapent bien les lumières et font de belles ombres.

A cause de ces ombres qui ne seront révélées que lors de la couturière (pré-représentation d'un spectacle où tous les costumes quasi achevés sont portés par les comédiens n.d.l.r.), il est bon de privilégier les tissus qui « tombent bien », c'est-à-dire qu’ils font naturellement de beaux plis.

En ce qui concerne les motifs, certains comme les carreaux ou les grosses fleurs se voient trop et monopolisent le regard, alors que de tout petits dessins se fondent de loin, tout en animant la surface.

 

chopalovitch 028  chopalovitch 029

-Une fois la couture faite, on doit souvent souligner, souligner, rajouter des détails, car le costume de scène se regarde de loin. Les galons de passementerie se montrent très utiles. Ceux qui ont du volume joueront bien dans la lumière. On peut marquer des accents par des contrastes de couleurs (la complémentaire par exemple) ou de nuances (très clair ou très foncé).

Michelle repeignait souvent ses réalisations à la bombe pour faire ressortir les volumes ou effacer des motifs envahissants.

 

chopalovitch 030 

C’est un travail un peu impressionniste. De près, on voit parfois des taches ou des matières incongrues (emballages de fruits ou légumes par exemple) et de loin, ça rend l’effet voulu. Un des principes fondamentaux est justement de « partir de la peinture », c'est-à-dire s’inspirer des tableaux.

Pour La Ronde, par exemple, je me suis inspirée du peintre James Ensor:

 

costumes La Ronde.0001 

costumes La Ronde.0002costumes La Ronde.0005

 Malgré ma volonté de sobriété,  je dois quand-même dire que Michelle était une pédagogue extraordinaire. Un de ses grands atouts, c’était son vocabulaire. Elle savait dire les choses avec exactitude, et pourtant elle parlait souvent par images, mais d’une manière subtile et précise.

Tous les costumes qu’on voit sur les photos des spectacles des Ateliers (article sur le blog), ont été réalisés par elle ou sous sa direction.

Il y a peut-être une vingtaine d’années, des stagiaires de Michelle, Mona et Raphaël Pons, ont monté  Fando et Lis, une pièce d’Arrabal ; Michelle avait fait des costumes et des décors très poétiques ; et le spectacle a obtenu le prix du « off » au festival  d’Avignon.

Pour conclure de manière moins solennelle, j’évoquerai l’aventure que certains se rappellent sûrement. Lors du premier stage de l’Ile, à Neuilly, Michelle a découvert dans les réserves de l’IGH une vielle robe de soie qu’elle a déchirée en lanières  pour nous faire des couronnes de fleurs. Arrivée à l’étiquette… elle a vu que c’était une robe de Paul Poiret ! C’était drôle ; mais Michelle était  épouvantée de ce qu’elle avait fait… 

Reste la peinture... Mais je vous raconterai ça une autre fois.

 

 

 

 

 

 

 

Viviane Fines  viviane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg 

 

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 10:40

    Bounty%20Image

Le 29 octobre dernier en pleine tempête Sandy, le HMS BOUNTY a du être abandonné à 90 miles au sud-est du cap Hatteras. Les coast guards américains ont pu récupérer par hélitreuillage  la plus grand partie de l'équipage, à l'exception de Claudene Christian, descendante directe de Fletcher Christian, le célèbre mutin, et le capitaine du navire, dont le corps n'a pas été retrouvé et qui avait sauté à l'eau pour secourir Claudene, emportée par une lame.

 

255011 202929913085659 4807095 n

Ce fait divers dramatique concerne la réplique du bateau construite en 1960, pour les besoins du film "les révoltés du Bounty", avec Marlon Brando, a, on ne sait pourquoi, appareillé de New London dans le Connecticut pour St Petersburg en Floride et s'est jeté dans cette tempête qui l'a broyé.

 

215805 190173181027999 6806995 n

 

Pour tous ceux de "l'île", le Bounty étant le Blossom de Robert Merle,

on ne peut voir  qu'un signe du destin dans ce naufrage, à la veille de la Toussaint. Le fantôme revient épisodiquement nous chatouiller et se rappeler à notre bon souvenir.

 

carte pitcairn

 

 

 

Déjà, il y a quelques mois, le fantôme était réapparu, à la Radio, puis avec quelques images glanées sur internet, avec une évocation par des reporters de ce qu'étaient devenus les descendants des mutins réfugiés sur l'île de Pitcain.

 

Le reportage montrait un grand isolement, une grande pauvreté et presque un retour à la vie sauvage sur cet îlot hostile et farouche où il ne faisait pas bon de tomber malade.

 

ScreenShot023ScreenShot022ScreenShot017ScreenShot024ScreenShot018ScreenShot025ScreenShot026

 

 

 

Est-cela le prix de la liberté ?

 

 

Mutiny HMS Bounty 

 

 

 

 

 

 

 

 

robertpéniche001

bounty

 

 

 

 

  masque-eam5bleu-clair.jpg

 

25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 08:30

Nous avons tous pratiqué en stage cette technique du livre-vivant qui nous a été présentée comme l'adaptation dramatique d'un texte, pour dégager des personnages de théâtre y compris des conteurs qui décrivent actions et sentiments quand le texte en contient. Cette solution pratique était autre chose à l'origine et constituait une doctrine d'éducation populaire qui s'opposait aux spectacles de théâtre populaire de Jeanne Laurent, dont on déjà évoqué l'action ici.

À L'origine donc, pour faire sortir les livres de leur bibliothèques et donner goût des belles écritures, le "livre-vivant" consistait en une lecture fidèle et à haute voix d'un ouvrage devant un petit cercle d'auditeurs attentifs.

Nous avons pratiqué en veillées de stages techniques cette formule qui était l'occasion de mettre en pratique tout ce que nous avions appris en matière de diction, respiration, intériorisation, regard, tonicité et technesthésie : j'en passe et des meilleures.

Le procédé a été repris d'une façon audacieuse par la télévision. Une chaîne de la TNT diffuse quotidiennement de 3h30 à 6h du matin, pour les lève-tôt, les couche-tard ou les insomniaques, une lecture exécutée par de jeunes comédiennes ou animateurs de grands classiques de la littérature.

Il y a le pire et le meilleur dans les interpretations et à chaque fois je vois en ombvre le père Rodien éructer : "articule"! Ou Michèlle, lancer : "respire"!

Je vous ai choisi quelques extraits que je ne vais pas décortiquer mais qui constituent un florilège de ce que l'on peut entendre .

cuisinier

 

 

 

 Catherine Descoups lit les histoires épouvantables de Gaston Lerouxcuisinier

 

 

 

 Anaïs Nyl lit L'écornifleur de Jules Renard                                cuisinier

 

 

 

 Louise Pasteau lit Jacquou le croquant d'Eugène Leroy                       cuisinier

 

 

 

 Odessa Ravel lit Les contes cruels de Villiers L'Isle-Adam                   cuisinier

 

 

 

 

Victoria Monfort lit Les Chouans de Balzac

 

 

 

 

Voila! A vous de vous faire une opinion : Livre-Vivant ? Livre-Mort Vivant ? Ou un programme bouche trou de télévision dont le taux d'audience ne doit pas être extraordinaire ?

 

Pour ma part je pense l'expérience intéressante, mais ces jeunes lecteurs gagneraient à être dirigés et à ne pas découvrir leur texte à la lecture. Il y aussi d'autres séances ou les jeux de jambes ou de corps érotiques sur le sofa noir semblent vouloir compenser le jeu de l'acteur : je ne vous montrerai pas ces extraits, à vous de regarder l'émission si cela vous chante.

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 16:48

Neil Amstrong, le premier homme qui a marché sur la lune est mort hier à 82 ans.

Je me rappelle ce 20 juillet 1969. Nous étions à Voiron, au CREPS, pour un stage deuxième degré, devant un vieux poste de télévision suspendu en hauteur et qui diffusait les images très neigeuses-mais cela n'avait aucune importance-d'une forme floue, qui était un homme marchant sur le sable lunaire,

Je m'en souviens car nous n'étions que quelques uns, dont Jean Rodien, au regard perdu dans l'espace et qui ne laissait dégager qu'un souffle d'étonnement devant ces images. Les autres étaient à la piscine sous un soleil radieux.

C'est la seule fois où le poste de télévision a été allumé en stage art dramatique, et je crois bien que cela é été la dernière de tous les stages auxquels j'ai participé.

 

 

20 juillet 1969 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 14:10

article chevitMaurice Chevit vient de quitter la scène. La mort de ce second rôle, qui en valait bien des premiers, m'a fait penser à la première découverte que j'ai faite de cet acteur. Ce n'était pas la prestation dans les bronzés font du ski,mais à la télé, beaucoup plus tôt, en 1963, dans une "dramatique" mise en scène par Stellio Lorenzi : La charrue et les étoiles, pièce de l'irlandais Sean O'Casey. Je l'ai toujours en mémoire.

C'est pour moi l'occasion de parler de l'influence que la télévision a eue sur mes envies de spectacles.

C'était à l'époque où il y avait des gens de talent, pas d'audimat, une seule chaîne en noir et blanc et où les dramatiques étaient réalisées en quasi direct, performance pour les acteurs et les réalisateurs qui avaient plus de génie que de moyens.

Certains d'entre vous ont peut être connu cette époque merveilleuse : quelques titres : Les perses d'Eschyle, Le Don  Juan, tourné aux salines royales d'Arc et Senans avec Michel Piccoli, le Tartuffe avec Michel Auclair etc..etc..

 

 

 

 

 

 arlequin

 

 

 

 

    

 

 

 

 

 

Mon premier choc date du 25 décembre 1962, nous avions la télé depuis un ou deux mois et devant mes yeux ébahis d'adolescent j'assistais à mon premier "Shakespeare" : La Nuit des Rois.

Pendant plus de deux heures je restait scotché à l'écran découvrant des ejux de comédiens subtils et complètement inconnus pour moi : François Chaumette, Jacques Fabbri,  Robert Hirsch, Catherine Samie, Martrine Sarcey, et surtout Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle et la sublime Geneviève Page dans un rôle androgyne qui me fascina.

03

03a

  03f

 03d

 03e

03c

03b

 Le réalisateur était Claude Barma, dont je ne manquais après aucune prestation, notamment le Chevalier de Maison Rouge avec Dominique Paturel que nous avions découvert à Radio Alger où il effectuait son service militaire avant l'indépendance.

 

24947 rg rosy varte lma

Autre choc "shakespearien" : La mégere apprivoisée de Pierre Badel, avec Rosy Varte (madame Badel,06a récemment disparue) et le regretté Bernard Noël. Nous avons essayé au groupe théâtral du Lycée Berthollet de monter cette pièce, mais en vain : pas de vraie Catarina et je faisais un Pettruchio médiocre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors messieurs Barma, Lorenzi, Badel et autre Bluwal, merci d'avoir donné à un gamin l'envie de faire du théâtre. Je mesure la chance de cette qualité de spectacles que je n'ai jamais retrouvée à l'écran.

A vous Cognacq Jay... Avec le complice de Claude Barma : Antoine Duhamel.

 

 

 

 

 

 arlequin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu clair-copie-1

8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 07:12

Je ne vais pas vous parler de l'anniversaire du débarquement en Normandie, ni du débarquement d'un Normand en France quoique cette date corresponde pour moi à un cinquantenaire douloureux. Mais la vie étant ainsi faite des évènements de cette journée que je pensais ne devoir consacrer qu'à me morfondre sur mon sort en ressassant des souvenirs comme un exercice imposé de travail de ma mémoire dont j'ai émaillé ce blog de quelques perles.

Ce jour là donc trois séries d évènements qui méritent quelques lignes, voire plus dans ce blog se sont produits.

 

C'est d'abord le matin un échange de mails avec Viviane qui m'annonce qu'elle joue le "dépit amoureux" le 17  et le 18 juin

(voir les ateliers du théâtre pour les coordonnées précises) et me demande si je connais des candidats pour un stage "de très bonne qualité et pas cher " fin juillet. Je lui propose exceptionnellement de faire de la pub sur le blog, ce qu'elle accepte - donc les personnes intéressées : écrire au blog (par la voie de "contact" ou bien nec.pluribusimpar@orange.fr) qui transférera!

 

Le deuxième évènement de la journée vient d'un courrier que m'a adressé Yvon Achard et qui contenait une cassette vidéo, quelques photos et fiches de stages. Là encore j'étais embarqué dans le grand voyage des souvenirs : Yvon, Voiron, les stages de juillet (deuxième fois dans la journée après l'appel de Vivi).

Je ne résiste pas au plaisir de vous mettre en ligne un extrait de la cassette d'Yvon, qui  était un spectacle de textes chantés et déclamés par Yvon Achard, donné en décembre dernier au Théâtre Stendhal de Grenoble qui abrite la MJC des Allobroges.

J'ai extrait de ce spectacle dont Yvon est coutumier en compagnie de Marie-Thérèse Lenne au piano, Maria Matéo à l'accordéon et Jules Durand à la guitare, un poème de Federico Garcia Lorca , le cantique du miel, qui symbolise bien les combats de notre ami Yvon pour les abeilles, mais  il va vous le dire mieux que moi sur des images de Charles Paillet :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cuisinier

 

 

 

 

 

 

Oui, Yvon a maintenant un peu plus de cheveux et de moustache

qu'à Voiron, mais la voix a gardéele même timbre ferme et

métallique et la diction est impeccable : merci père Rodien!

 

camille,yvon,-Jean

 

Le troisième évènement de la journée qui m'a rattaché aux stages est la mort de Ray Bradburry à 91 ans. Un petit clin d'oeil à nos souvenirs comme dirait Antoinette qui m'a adressé des mails de signal à cette occasion: Adieu les Chroniques martiennes, adieu Tom, Ray va saluer François Truffaut qui ne brûle pas dans l'enfer à Fahrenheit 451.

ray bradbury

  ScreenShot019

  et Antoinette de joindre à ses mails cette citation de Ray Bradbury :

    "Vous n'avez pas à brûler les livres pour détruire une culture. Faites seulement que les gens cessent de les lire"


1101663716

 

 

Heureusement qu'il y a les livres-vivants! 

 

 

masque-eam5bleu clair-copie-1 

 

 

 

 

 

23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 11:29

        NEC-02

 

Décidément ça bouge!

Après Martine Binovsky(Drapeau) et Michel Inglot qui ont fouillé dans leurs cartons et nous ont dégoté de merveilleuses photos du spectacle des "Compagnons de Jéhu", la chaîne initiée par Robert a fait chercher dans les vieilles malles des uns et des autres. 

Après nous avoir adressé un sympathique commentaire (voir "les compagnons 30 ans après"), Maïté Monfouga, à son tour,  a livré des pépites. Cela concerne cette fois "Nec Pluribus Impar" et ce sont des photos inédites du spectacle, et de quelques moments de répétition.Je les ai un peu travaillées car elles datent maintenant et cela leur donne un côté désuet assez émouvant.Comme à l'accoutumé, un peu de musique pour accompagner tout cela, s'il vous plaît !   

       

             arlequin

 

     nec 03

        

© maïté monfouga 

    nec 04

 

 

   

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nec 05

 

nec 06

 © maïté monfouga

nec 07

 

nec 09-copie-1

 © maïté monfouga

nec 10

 © maïté monfouga

nec 11

 

nec 12

 © maïté monfouga

NEC OI

 © maïté monfouga

nec 13

 © maïté monfouga

nec 08

 

     

 

Il faut souhaiter que cela donne envie aux autres de rejoindre nos chercheurs de trésors photographiques ! On sait qu'ils sont nombreux, les timides, dans le corridor du blog : Robert les surveille et moi je les incite à rentrer et à nous déclamer leurs souvenirs, avant que nos mémoires ne les enterrent.

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

   

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 08:40

 

 

 

 

camille rouvièreCamille Rouvière nous a quittés. Le quatrième mousquetaire de l'équipe d'animation des stages de Voiron des années 66-67 a tiré sa révérence fin février.

Camille s'investissait beaucoup dans l'animation et l'éducation populaire, au delà de ses terres de Romans sur la Drôme pour aider et faire profiter de son expérience, de sa patience et de sa gentillesse des troupes et des groupes d'amateurs, en théâtre, et chorégraphie.

Je garderai le souvenir aussi de ce déconneur compagnon de chambrée de Yvon Achard, avec lequel nous partagions humour potache et plaisanteries salaces.

 

 

 

 

 

 

caimme et jean

 Il a rejoint son copain Jean et ils vont pouvoir continuer ensemble parler de théâtre, déconner et chanter.

En leur honneur : l'artillerie de marine! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 arlequin

 

 

 

 

 

 

 

 

voiron075 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 13:34
Ce blog commence à devenir quelque chose de vivant. La série " alerte évenement" et les diverses interventions de Robert portent déjà leurs fruits. Vous avez récemment pu lire des commentaires " d'anciens" qui font le grand plongeon 30 ans (et parfois plus) en arrière. Mai aujourd'hui nous allons plus loin, voici des photos inédites possession de Michel Inglot récoltées par Martine Binovsky, rencontre de deux expériences différentes, mais peut être aussi très proches.
Je suis sur que vous avez aussi dans vos tiroirs des merveilles, alors comme Martine et Michel faites nous en profiter, et si vous avez envie d'écrire, un commentaire, un article, n'oubliez pas que vous serez accueilli à bras ouverts.
Il y a d'autres bonnes surprises qui se profilent à l'horizon de nos souvenirs, alors suivez la nouvelle série : "les stagiaires se réveillent"!
Voici donc quelques photos du spectacle des Compagnons de Jéhu un peu remasterisées pour la circonstance!
 
 
arlequin
     
 jehu-stage-2 0003
 © michel inglot
jehu-stage-2 0001
 © michel inglot
jehu-stage-2 0002
 © michel inglot
jehu-stage-2 0004
© michel inglot
jehu-stage-2 0005
© michel inglot
jehu-stage-2 0007
© michel inglot
jehu-stage-2 0006
© michel inglot
jehu-stage-2 0010
© michel inglot
jehu-stage-2 0011
© michel inglot
jehu-stage-2 0012
© michel inglot
jehu-stage-2 0008
© michel inglot
jehu-stage-2 0009
 © michel inglot

 

 
 
 
 
 
 masque-eam5bleu clair-copie-1
 
   
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:08

Bonne année à tous, lecteurs assidus ou de passage, sympathisants, jeunes et moins jeunes, et aussi à vous les silencieux et les oublieux, les anciens combattants des stages et ceux qui ne veulent pas ou plus en être!

Et puis bonne année au Blog lui même, que de nouveaux articles avec des documents inédits nous entraînent encore dans le monde de nos souvenirs et de nos échanges. Un frémissement dans les anciens stagiaires de l'I.G.H. me fait croire que nous aurons quelques belles surprises, mais chut!

Pour célébrer cette nouvelle année un cadeau de circonstance: de magnifiques gravures naïves et précises, fac-similés des originales de 1931, qui illustraient le livre de Gustave Toudouze consacré au Roy Soleil et qui sont l'oeuvre de Maurice Lenoir.

Voici  celles que j'ai sélectionnées parce qu'elles évoquent des scènes retenues et traitées différemment dans Nec Pluribus Impar, à vous de les reconnaître!

 

info042info041info043info044info045info046info047info048

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

masque-eam5bleu-clair.jpg

Présentation

  • : Nec pluribus impar
  • Nec pluribus impar
  • : blog mémoriel d'anciens stagiaires d'art dramatiques jeunesse et sports ou éducateurs spécialisés
  • Contact

Recherche

Pages

Liens